L’aqueduc Médicis ou de Rungis

( sur la carte, aqueduc d’Arcueil )

 

 

Pour fournir en eau, la rive gauche de la Seine à Paris, dès le 16ème siècle, on songea à réutiliser le système inventé par les Romains.

En 1609, Sully ( ministre de Henri IV ) mit en route le projet, repris par Marie de Médicis, pour alimenter le Palais du Luxembourg ( canaux, fontaines et jardins ).

L’origine de l’aqueduc Médicis se situe à 1 km au nord des captages effectués par les Romains. Comme l’aqueduc romain, il comporte un canal bordé de chaque côté de banquettes et surmonté d’une galerie de 1,75 m de hauteur. Il est enterré sous 1 mètre, 1,20 m, de terre ( pour maintenir la température de l’eau ).

On y accède par des regards en pierre de taille surmontées d’une lanterne qui sert de ventilation.

Sa longueur totale est de 16 355 m dont 4042,85 m sur la commune de Cachan.

De nos jours, cet aqueduc, géré par la SAGEP, alimente en eau de sources non potable les bassins d’agrément du parc Montsouris. Il récupère sur son parcours des eaux de drainage (captage des sources de Cachan depuis 1670, autour des rues des Saussaies, sentier des joncs, au moyen de pierrées et rejetées dans l’aqueduc en deux points entre le regard IX et X et dans ce même regard ). Il longe à peu près parallèlement la rue des Vignes.

De nos jours, il alimente les bassins du Parc Montsouris ( 2 000 m3 par jour ), les eaux sont captées au “carré des eaux” sous le stade Louis Grelinger de Rungis.

 

Les regards de l’aqueduc Médicis :

L’aqueduc compte 28 regards espacés de 300 toises ( 584 m ). Ils servaient à vérifier la qualité de l’eau.

Ces petits édifices de pierre comportent un escalier de descente, une cuvette dans laquelle l’eau se décharge.

Trois regards sont installés sur le territoire de Cachan.

Le regard X se trouve à l’angle de la rue des Saussaies et de l’avenue Léon Blum, le regard XI à l’angle du sentier des Garennes et de la rue de la Pléiade, le regard XII en haut de l’impasse des Garennes.

Des ouvertures pratiquées dans les murs de l’aqueduc entre les regards IX et XIII ont pour fonction de permettre l’infiltration des eaux ruisselant à flanc de coteau.

Entre les regards X et XI, l’aqueduc Médicis croise l’aqueduc du Loing et du Lunain.

A partir du regard XI, l’aqueduc amorce une large courbe en direction du pont aqueduc d’Arcueil Cachan.

 

(Retour au sommaire)